La plume d’Ibn Ali (semaine 34)

As -salam 'Aleykoum,

Cette semaine, les médias ont de nouveau joué le rôle de catalyseur de la peur en prenant un plaisir pervers et dangereux à détourner, à mélanger l'actualité oubliant l’ouverture d’esprit, la tolérance et la liberté de chacun. Au menu, beaucoup de polémiques sur le burkini avec des réactions démesurées, parfois même violentes pour un « vêtement ».

 

A force, on finit par s'habituer aux débats stériles: entre les repas de substitution ou le voile à l’université, et le fait que pendant une année on perde son temps à se poser la question de savoir si la loi peut faire hésiter le kamikaze entre la perte de la vie et celle de la nationalité.

Ridicule!

Nous avons nagé dans une sorte d'hystérie collective et disproportionnée démontrant une fois de plus la stigmatisation des musulmans(es). Et comme souvent, une impression très désagréable de « deux poids, deux mesures », d’inégalité et d'intolérance s'est installée dans tout le pays.

 

Le Burkini suite...

 

Aujourd’hui, le burkini choque, suscite des réactions intolérantes, quasi épidermique sous couvert d'islamophobie. Pourtant, d'un point de vue purement juridique, il n’y a aucune raison d’interdire le burkini en France surtout au vue des arguments principalement liés au contexte actuel. En clair, l'interdiction du burkini se justifierait parce qu'il ferait penser aux récents attentats. 

Quid de l'amalgame ?

En effet, si le citoyen voit un lien entre un vêtement et des actes terroristes c'est que dans un premier temps l'amalgame existe et que maintenant on l'entretient.  À ce jour, on n’a jamais interdit à une personne de marcher sur une plage ou de se baigner avec une kippa ou une croix au risque de susciter une réaction haineuse !

Egalement, le second argument parlant  "d'ostentation" avec le burkini ne tient pas car si je ne me trompe pas, c'est bien en France que les hommes et les  femmes font des régimes estivaux chaque année pour s'exhiber à la plage: le bût étant de montrer son corps aux autres.

Cette polémique n'a pas lieu d'être et il est usant d'en parler car au final cela peut être tout aussi gênant pour une personne d’être à côté d’une femme en burkini que cela peut être gênant, pour une femme en burkini, d’être à côté de personnes en bikini, "topless" ou totalement nues.

De ce fait, nous sommes de plus en plus dans une approche réductrice de la personne, ne reposant que sur son apparence et sur des préjugés racistes marginalisant une fois de plus les musulmans(es). 

Côté musulman utile et productif, le CCIF poursuit son action en justice; côté du reste des musulmans, on perd son temps à savoir si l'OM aura une équipe compétitive cette année.

 

[Pour information, même les chiens ont le droit à des plages en France, environ 70 rien que dans la région....

http://blog.patawouf.fr/les-plages-autorisees-aux-chiens-en-2014/ ]

 

 

Olympiades de l'islamophobie:

 

Chaque semaine ressemble aux Jeux Olympiques de l'islamophobie avec qui va décrocher la médaille d'or. Si la France n'est pas le pays à gagner le plus de médailles dans les JO de Rio (mais elle en gagne qu'en même pas mal avec les français issus de l'immigration), elle peut légitimement prétendre à la première place aux épreuves du racisme.

 

Dans un entretien accordé au quotidien "La Provence" ce 17 août 2016, Mr Manuel Valls a encore une fois utilisé l'islam à des fins politiques. Après une longue semaine agitée sur un maillot de bain - un sujet devenu curieusement plus important et plus urgent que le recul du chômage, la menace Le Pen, l’Europe post-Brixit etc... - le premier ministre était censé ramener la sérénité et rassembler les français. 

Lorsque Monsieur Valls déclare que : "nous avons aussi besoin d’imams parlant français, formés à nos valeurs", il répond surtout à une demande générale des musulmans français, qui se laissent imposer leurs représentants. Quant aux médias,  ceux-ci raffolent des musulmans parlant mal le français n'ayant aucun diplôme religieux ou dans les autres sciences et ils ne veulent surtout pas solliciter ceux parmi eux qui ont l’avantage de connaître l’islam et de maîtriser la langue de Molière.

 Au lieu de cela, des arrêtés municipaux, des rixes ont été "justifiées" par rapport à la période d’attentats terroristes à répétition, que nous avons vécu.

 

Il faut savoir que l'année 2015 a enregistré une augmentation significative des actes islamophobes d'environ 18.5% entre l’année 2014 et 2015 sachant que cette augmentation ne prend pas en compte la banalisation des discours et idéologies islamophobes dans l'espace public. Les femmes sont toujours en première ligne et l'année 2016 s'annonce "exceptionnelle".

Certains s'évertuent à contester la véracité des chiffres mais personne ne conteste la recrudescence significative des actes islamophobes.

Quand le vase est plein, il déborde et cela personne ne peut le nier même pas le quotidien "le Monde" qui a établit une enquête sur le racisme en France s'efforçant de séparer l'islamophobie et l'antisémitisme (pourquoi?...)

 

 

 

La guerre...: 

 

http://www.voltairenet.org/local/cache-vignettes/L400xH300/arton193035-07d4a.jpg

 

L'image a fait le tour du monde, l'image d'un enfant victime de la barbarie des hommes. Omran Daqneesh est devenu malheureusement le nouveau symbole des bombardements qui frappent la ville d'Alep en Syrie. Rescapé d'un raid aérien mercredi 17 août, il est devenu le visage d'une guerre qui n'en finit plus. 

En France, nous perdons notre temps avec le burkini et en Syrie des centaines de musulmans meurent tous les jours. Arrêtons de nous disperser! 

Environ 300 000 Syriens, dont 80 000 civils, ont été tués et 1,3 million d'habitants d'Alep ont fui la ville depuis le début de la guerre il y a 5 ans. 

Peter Maurer, président du Comité international de la Croix rouge (CICR), s'alarmait lundi de la situation à Alep. « Personne, ni aucun endroit ne sont à l'abri. Les bombardements sont constants, les habitations, les écoles et les hôpitaux étant tous en ligne de mire. Les gens vivent dans la peur. Les enfants ont été traumatisés ».

Est ce qu'empêcher quelqu'un d'aller se baigner est plus grave qu'empêcher quelqu'un de grandir, de vivre ? Essayons de garder les pieds sur terre et invoquons dans nos prières l'arrêt de toutes ces guerres.

 

 

Conclusion:

Que dire de plus. Il existe aujourd'hui des organismes structurés pouvant nous accompagner dans notre lutte contre le racisme: le CCIF.

Egalement, je rappelle que l'Association des Bleuets a développé une antenne CCIF pour les victimes alors n’hésitez pas ! 

 

Pour adhérer au CCIF, pour un coût de 30 euros, (c'est à dire un repas ou deux de moins à la pizzeria), il suffit de cliquez sur le lien suivant: 

 

 

Pour devenir bénévole, il vous sera demandé de remplir un formulaire accessible en cliquant sur le lien suivant : 

 

 

Enfin, il est possible de faire directement un don libre – et bénéficier d’une déduction fiscale — en se rendant sur le site Helloasso :  

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du CCIF : www.islamophobie.net.

 

A la semaine prochaine !

 

Portait de la semaine:  El-Hajj Malek El-Shabazz dit Malcom X

Afficher l'image d'origine

 

En ces temps difficiles, je vous propose cette semaine le portrait du bien connu Malcom X (1925-1965) qui dans un pays où sa couleur de peau dérangeait (et dérange toujours) a toujours tenu à ses convictions religieuses.

Son cheminement spirituel est un modèle pour tout être humain tant sa vie a été un long apprentissage. Entre la délinquance, l'éducation en prison, et l'islam, El-Hajj Malek El-Shabazz a toujours su se relever et apprendre de ses erreurs pour avancer.

extrait d'une lettre du 15 février 1950:

« Mon confinement est d'une autre nature ; je finis ma quatrième année d'une peine de prison de huit à dix ans… mais ces quatre ans de réclusion se sont révélées être les plus enrichissantes de mes vingt quatre ans sur cette terre et je ressens que « ce cadeau du Temps » était un cadeau qu'Allah me fit, sa manière de me sauver de la destruction certaine vers laquelle j'avançais »... « Sans éducation, on ne va nulle part dans ce monde » ...« L'éducation est le passeport pour le futur, car demain appartient à ceux qui s'y préparent aujourd'hui » 

Il n'y a pas besoin d'en dire plus mais prenez le temps de lire sa biographie.

 Un excellent film et une multitude de liens internet relatant sa vie existent.

Ci-dessous, quelques liens: