Les conditions préalables au jeûne

 

Les savants de l’école malikite ont classifié les conditions de la manière suivante :

  • Les conditions dont l’existence est indispensable pour que le jeûne incombe obligatoirement au fidèle (shurût wujûb)
  • Les conditions dont l’existence est indispensable pour que le jeûne soit valable (shurût sihha)
  • Les conditions dont l’existence est indispensable pour que le jeûne soit à la fois obligatoire et valable (shurût wujûb wa sihha)

 

 

1 – Les conditions requises pour être assujetti à l’obligation du jeûne de Ramadan (shurût wujûb)

Pour que le fidèle soit soumis à l’obligation du jeûne de Ramadan il faut :

 

A – Qu’il soit pubère ;

‘Ali rapporte que le Prophète a dit : « la plume est levé sur trois personne : celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille ; l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté ; le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison. »
(Abû Dâwûd)

 

B – Qu’il ait la capacité de jeûner. Le fidèle dont la santé est altérée et que le jeûne affaiblit, n’est pas assujetti à l’obligation de jeûne de Ramadan.

Allah dit : « Allah ne charge pas une âme au-dessus de sa capacité. » [La vache : 256]

 

C – Qu’il ne se déplace pas sur une distance de quatre-vingt-un kilomètres et plus.

Il est permis au fidèle de ne pas jeûner durant le voyage, qu’il soit pénible ou non.

Hamza ibn ‘Amr al-Aslamî a questionné le Prophète  : Puis-je jeûner durant le voyage ? » Il lui a répondu : « Jeûne si tu veux ou romps (le jeûne) si tu veux » (Al-Bukhârî)

 

Anas Ibn Mâlik a dit : J’ai voyagé avec le Messager d’Allah pendant le mois de Ramadan. Et il n’a blâmé ni celui qui jeûnait par rapport à celui qui ne jeûnait pas ou celui qui ne jeûnait pas par rapport à celui qui jeûnait. (Al-Bukhârî et Muslim)

 

 

Il est cependant préférable de jeûner si le voyage n’est pas pénible.

Abû Sa’îd al-Khudrî a dit : Les compagnons voyaient qu’il était bon de jeûner lorsqu’on en a la force et de le rompre lorsqu’on en ressent une faiblesse » (Al-Tirmidhî)

 

Dans le cas où le voyage est pénible, il est fortement recommandé de ne pas jeûner, voire interdit. Le Prophète a dit : « Il ne fait pas partie de la bonté pieuse de jeûner durant le voyage. » (Al-Bukhârî et Muslim)

 

 

Les conditions de validité du jeûne (shurût sihha)

La validité du jeune repose sur les conditions indispensables que voici :

 

A – Le jeûneur doit être musulman ;

Allah dit : « Il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : Si jamais tu donnes des associés à Dieu, toutes tes œuvres seront réduites à néant et tu seras du nombre des perdants. » [Les groupes : 65]

 

B – Le jeûne ne doit pas être effectué un jour de fête.

D’après Abou Sa’îd al Khudrî rapporte que le Prophète a dit : « Le jeûne ne convient pas durant deux jours : le jour du sacrifice et le jour de la rupture du ramadan. » (Muslim)

 

 

Les conditions dites shurût wujûb wa sihha :

Pour que le fidèle soit assujetti à l’obligation de jeûner et que son jeûne soit valable, il faut :

 

A – Qu’il soit lucide de l’esprit et de la raison ;

‘Ali rapporte que le Prophète a dit : « la plume est levé sur trois personne : celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille ; l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté ; le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison. »
(Abû Dâwûd)

 

B – Qu’il soit exempt de menstrues et de lochies ;

Le Prophète a dit : « N’est-ce pas que lorsque la femme a ses règles, elle ne prie pas et ne jeûne pas ? » Elles (ses épouses) dirent : Bien sûr ! Alors, il répondit : « C’est cela son manque de religion. » Et selon une autre version, il a dit : « La femme passe des nuits sans prier et elle rompt le jeûne durant le mois de Ramadan, voilà son manque de religion. » (Muslim)

 

Âïsha a dit : le Prophète nous ordonnait de nous acquitter des jours de jeûne passés et non de la prière. (Al-Bukhârî et Muslim)

 

Si les menstrues s’interrompent, fut-ce un instant avant le lever de l’aube, la femme est assujettie à l’obligation de jeûner le jour, quand même elle ne ferait pas la grande ablution.

 

C – Que le temps légal du jeûne du mois de Ramadân ait commencé :

C’est-à-dire, que le croissant de lune de Ramadân soit apparu.